Les start-up  

Qu’est-ce qu’une start-up ?


Selon la définition du dictionnaire, une start-up est « une jeune entreprise innovante dans le secteur des nouvelles technologies ». Ce terme est américain mais si vous souhaitez absolument le « franciser », on parlera alors de « jeune pousse » ...  


 Vous créez votre entreprise, pouvez-vous dire qu’il s’agit d’une start-up ? « Start » pour « Démarrage et « up » pour le fort potentiel de croissance ; ce point fait partie des conditions pour parler de start-up concernant votre entreprise. Mais pas seulement...En effet,  puisque la start-up ne se définit pas en fonction d’un secteur ou d’une taille, une entreprise en sera une si elle :  
- fonctionne avec les nouvelles technologies,  
- a besoin de levées de fonds pour se lancer,
- évolue sur des marchés dits nouveaux où le risque est compliqué à évaluer.  
De grandes structures telles que Twitter, Uber, Airbnb ou Blablacar sont donc toujours des start-up... puisque leur business model n’est pas défini et qu’il continue d’évoluer. A l’inverse, d’autres énormes entreprises comme Facebook ou Google ne le sont plus puisque leurs processus sont formalisés et que leurs stratégies sont établies. 


 


Quelques chiffres pour la France
- Vu que beaucoup de structures se considèrent start-up sans l’être tout à fait, il est assez compliqué de donner un nombre précis. On estime qu’il y a environ 10 000 start-up en France.
- 1 français sur 4 est prêt à investir financièrement dans une start-up.
- 90% des start-up créées échouent.
- 25% des start-up ont levé des fonds. Les start-up françaises attirent d’ailleurs des fonds record (se rapprochent des britanniques et dépassent les allemands).
- 94% des créateurs de start-up ont un niveau au moins Bac+5.
- 9% des dirigeants de start-up sont des femmes.
- La France est en tête du dernier classement européen «Techno Fast 500 » du cabinet Deloitte  pour les jeunes start-up technologiques à plus forte croissance. 


 Les sources de financement


Privées comme publiques, les sources de financement se sont développées : le crowdfunding, les business angels, le capital-risque, BPI France et même les groupes du CAC40 à présent.  Le président français Emmanuel Macron veut faire de la France, une « nation des start-up » pour qu’elle devienne leader de l’hyper-innovation ; il a annoncé lors du salon Viva Tech du 15 juin 2017, la création d'un fonds de 10 milliards d'euros pour aider à leur développement. 


 Un état d’esprit, une manière particulière de travailler


Travailler dans une start-up, c’est adhérer au projet du dirigeant, partager sa vision, s’impliquer et participer activement à la réussite de l’équipe. Le plus souvent, on mise sur un environnement qui facilite les échanges, pour que chacun exprime ses idées et puisse prendre des initiatives. La créativité doit toujours être forte et tout est pensé pour favoriser l’implication de chacun. Les recrutements sont gérés différemment, les organigrammes traditionnels n’existent plus vraiment ; en effet, le management est le plus horizontal possible, chacun peut prendre la direction d’un projet à un moment donné en fonction du contexte.  Les salariés des start-up sont souvent jeunes, en sortie d’études car l’expérience est très formatrice. A savoir tout de même, que les salaires y sont fréquemment moins élevés que dans les structures traditionnelles. Par ailleurs, les conditions de travail sont particulières avec une exigence de flexibilité et de grandes amplitudes horaires de travail.