Qui sont les Travailleurs indépendants ?

Le nombre de travailleurs indépendants ne cesse de progresser en France, et d’autant plus depuis la création du statut d’autoentrepreneur en 2009 ;  on en compte près de 3 millions aujourd’hui, soit 1 travailleur sur 10.  Mais être Travailleur indépendant : qu’est-ce cela signifie et implique ?


Voici quelques éléments de réponses pour mieux comprendre :


 


La différence entre un travailleur indépendant et un salarié 


 


Le Travailleur indépendant exerce une activité intellectuelle ou commerciale en fonction d’un contrat d’entreprise, en opposition au contrat de travail pour le salarié. Puisqu’en pratique il travaille pour son propre compte, il n’a plus d’employeur mais des clients !


 


Le profil et le statut des travailleurs indépendants


Les travailleurs indépendants sont les professions libérales, les exploitants agricoles, les dirigeants de société, les chefs d’entreprise dans l’industrie, le commerce et les services. Les profils sont donc très variés comme le sont aussi leurs qualifications, la taille des entreprises ou encore les rémunérations.


Lorsque l’on se met à son compte, se pose la question du statut juridique, qu’il faut choisir en se posant les bonnes questions : est-ce que je crée seul(e) ou non ? Quelles vont être les formalités de création ?  Quel est mon apport ? Comment vais-je faire évoluer mon activité ?


L’auto-entrepreneuriat et l’entreprise individuelle impliquent que vous entrepreniez seul(e) :


-     Les formalités lors de la création sont minimisées. Vous avez toute liberté pour diriger votre entreprise et vous n’avez aucun compte à rendre sur sa gestion.


-     Il n’y a aucun apport en capital puisque l’entreprise ne possède pas de patrimoine différent du vôtre. Néanmoins votre responsabilité est illimitée (vos créanciers professionnels peuvent saisir vos biens personnels afin d’obtenir le règlement de leurs créances).


-     Il existe des seuils de chiffres d’affaires à ne pas dépasser en tant qu’auto-entrepreneur. Vous ne pouvez donc pas développer votre activité comme vous le voulez.


Si vous créez une société :         


-       En EURL ou SASU, vous êtes le seul gérant et décisionnaire de votre activité. Ce n’est pas le cas en SARL, SAS ou SA où les décisions se font de manière collective (avec un/des associé(s) ou une assemblée générale qui approuve les comptes et prend les décisions).


-       Cela requiert un apport en capital. Vous protégez donc votre patrimoine puisque votre responsabilité est limitée (pour l’EURL et la SASU, limitée au montant de l’apport).


-       Le formalisme et les obligations (notamment comptables) sont plus importants et impose donc une plus grande rigueur.


 


Le régime social du travailleur indépendant


Un chef d’entreprise, selon le statut juridique de sa structure et du pourcentage de détention de celle-ci, bénéficie, soit du statut TNS (Travailleur Non Salarié) soit de celui de Dirigeant assimilé salarié (généralement les gérants égalitaires ou minoritaires de SARL et les présidents des SAS et SA).


Etre affilié au régime "assimilé-salarié" permet de bénéficier de la protection sociale du salarié. A défaut de ce régime, le travailleur indépendant est affilié au RSI (Régime Social des Indépendants) reconnu moins sécurisant que le régime général.


 


Vous souhaitez créer ou reprendre une entreprise ? Renseignez-vous, car de très nombreuses aides (sociales, fiscales, financières) existent, et des structures peuvent vous accompagner.


 


Assurez la réussite de votre projet et lancez-vous !